Conférence du centenaire du Nigeria: Abuja mobilisée pour la sécurité humaine

AbujaLe président nigérian Goodluck Ebele Jonathan a mobilisé, hier jeudi 27 février à Abuja, plusieurs leaders africains et du monde autour du centenaire de la création du Nigeria. Autour du thème intitulé « la sécurité humaine, la paix et le développement : agenda pour l’Afrique du 21e siècle », la conférence du centenaire nourrit beaucoup d’espoir pour le continent africain.

«Il ne fait aucun doute que le 21e siècle, c’est celui de l’Afrique. C’est pourquoi je fais appel à d’autres dirigeants africains à se joindre à moi dans la recherche de nouvelles stratégies et solutions viables qui favorisent notre cause pour la paix et le développement».

Le centenaire du Nigeria, Goodluck Ebele Jonathan l’a saisi pour sonner la mobilisation des leaders africains autour des défis de sécurité humaine, de paix et de développement. Si tous les clignotants restent au vert pour la prospérité future du continent, le président nigérian pense que l’Afrique ne peut gagner que si tous les pays jouent au collectif.
«Ce dont l’Afrique a besoin de plus que toute autre chose au cours de ce 21e siècle est donc une action collective pour la transformation positive», affirme-t-il.
Le diagnostic qu’il fait de l’état du continent est flatteur. «Aujourd’hui, sept des économies les plus dynamiques dans le monde se trouvent en Afrique
L’investissement dans le continent par les Africains de la diaspora témoigne de l’augmentation du niveau de confiance dans notre continent», soutient-il. Mieux, Goodluck Jonathan estime que la classe moyenne montante et la grande pénétration des technologies de l’information, combinées avec un secteur des services financiers en pleine expansion, sont des indicateurs vers un avenir meilleur.
Mais ces perspectives encourageantes, dit-il, nécessitent que les contraintes liées à la sécurité humaine, la paix et le développement soient levées. Cela suppose, à son avis, des garanties fermes pour les droits humains et la bonne gouvernance, qui se traduisent par des possibilités accrues pour la sécurité économique, la sécurité alimentaire, la santé et la sécurité de l’éducation, la sécurité de l’environnement, et la sécurité personnelle et communautaire.
«Un engagement ferme de la sécurité humaine est la promesse d’une fin aux conflits persistants, l’insécurité, la pauvreté, les maladies, le terrorisme et les autres fléaux qui minent la réalisation de nos rêves», martèle Goodluck Jonathan. Il poursuit que la paix dans les pays africains ne doit pas être un vain mot. «Dans notre vie, cette paix est réalisable, dans nos pays et notre continent», soutient-il.
La paix est d’autant plus nécessaire que les conflits sur le continent créent des préjudices inestimables. «Le coût des guerres et des insurrections est trop élevé. L’Afrique perd 18 milliards de dollars par an à partir de guerres et des insurrections», informe-t-il. Il est donc nécessaire, défend le leader nigérian, de renforcer les mécanismes existants pour la gestion nationale et internationale des conflits, et de créer de nouvelles possibilités de coopération, à l’intérieur et entre les nations.
Son vœu est que les leaders africains fassent du 21e siècle, «un siècle où tous nos enfants auront assez à manger, un siècle où tous nos enfants seront à l’école, un siècle où la croissance économique et la prospérité touche tous, sans distinction de sexe, de statut économique et politique, d’affinité ethnique ou religieuse».

Messages d’espoir !

Les questions relatives à l’emploi des jeunes et surtout à l’autonomisation des femmes lui tiennent également à cœur. Il a lancé un appel pour une action positive en faveur du financement des projets féminins. Il propose que les banques consacrent au moins 30% de leurs crédits bancaires dans l’agriculture pour les agricultrices et les entreprises agricoles appartenant à des femmes.
«Cette orientation délibérée sur les femmes doit devenir notre priorité pour les OMD après 2015. Assurer l’avenir des femmes sera d’assurer l’avenir de l’Afrique», insiste-t-il. L’espérance que nourrit le chef de l’Etat nigérian est partagée par ses pairs africains qui ont également passé des messages forts d’optimisme autour d’une Afrique qui gagne.
Le président français, François Hollande, hôte de marque du centenaire, n’a pas caché son enthousiasme de se retrouver dans l’une des puissances économiques du continent africain. «L’histoire du Nigeria, c’est celle du combat pour l’unité, avec des épreuves terribles.
Mais l’histoire, c’est aussi savoir que le fédéralisme, les politiques de réconciliation sont les meilleures réponses chaque fois qu’il y a des tentatives de séparatisme», déclare-t-il. Il soutient que la guerre que ce pays mène contre le terrorisme est également leur combat, le combat de la démocratie. Pour lui, la meilleure façon d’assurer la stabilité et le développement économique est de construire une dynamique démocratique comme s’emploie à le faire l’Etat fédéral.
«Nous sommes très attentifs à l’instauration d’un nouveau partenariat de développement avec l’Afrique», rassure François Hollande. Il conclut : «L’Afrique, c’est le continent de demain, c’est là où vont se construire les grandes infrastructures, là où vont se définir les nouveaux besoins pour le monde de demain. L’Europe doit être présente. Nous avons des responsabilités communes à assumer».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s