Pendant que la classe politique et l’opinion s’occupent des commentaires sur la révision de la constitution et des défections au sein des FCBE

FCBEEn bon stratège Boni Yayi occupe un peu partout le terrain

Après le positionnement pour les législatives bon nombre de Béninois s’est posé la question de savoir sur quoi comptait Boni Yayi pour se permettre cette liberté. En effet pour les législatives alors qu’on croyait qu’avec les départs de certains gros morceaux, la mouvance allait compter sur ceux qui sont restés. Mais contre toute attente, le leader des cauris a non seulement laissé la plupart de ses députés sur les carreaux et sur la soixantaine de maires qui se réclament de la mouvance seulement une dizaine a pu se faire une place sur la liste. Dans certaines circonscriptions, il s’est permis des risques ou même une certaine fantaisie du genre ministre suppléant ou des gens pas trop populaires à l’image de Valentin Djènontin dans la seizième. Au regard de l’actualité de ces derniers jours on comprend aisément que Boni Yayi avait sa logique. Visiblement pour le président de. la République, la logique qui veut qu’on ne change pas l’équipe qui gagne n’a pas un sens. Dans sa démarche on peut comprendre que selon lui plus que l’équipe, ce qui vaut pour la victoire c’est surtout et avant tout la stratégie la preuve aussitôt la liste déposée, comme à la veille de toutes les consultations électorales depuis qu’il est là, il a pris son bâton de pèlerin et parcourt monts et vallée pour charmer les populations. Il n’y a plus de jour où il ne soit pas dans une localité pour lancer ou réceptionner un chantier. Les micro crédits seuls, ne suffisant plus pour faire l’affaire,  Boni Yayi apporte la lumière et l’eau potable partout et profite de l’occasion de ses lancements pour faire des promesses et battre un peu campagne. Dans certaines localités la démarche prend même l’allure d’un vrai chantage électoral.  A Parakou alors que le rendez-vous était pris pour faire un bilan a mi parcourt de la campagne d’égrenage du coton, Boni Yayi a trouvé une formule pour montrer aux populations qui ne cessaient d’applaudir un Eustache Kotigan qu’il reste le seul maitre à bord. « Ils disent que je suis fini, ils se trompent. Ils viennent raconter des coups parce qu’ils veulent des députés. Les élections vont passer et quand vous aurez besoin d’eau potable, de l’électricité et des routes vous viendrez encore me voir ….. » A-t-il lâché au passage. La dernière fois à Kalalé alors qu’il était parti pour l’électrification rurale, il n’a pas manqué là aussi de savonner la liste Soleil. A toutes ces occasions, il montre son attachement à la population et s’arrange pour jouer au plus humble. Un tout au marché Guèma de Parakou, la remise des bus et un discours sur les actions menées par le gouvernement à l’endroit des jeunes à l’université de Parakou, les bains de foules, l’expression des talents de percussionniste bref tous les moyens sont bons pour lui ces derniers jours. Par le passé cette stratégie n’a pas manqué de porter des fruits. Mais étant donné que le contexte a changé, que dans la tête des Béninois c’est plus qu’inscrire qu’il n’a plus qu’un an à faire à la Marina on peut se demander si cette stratégie ne va pas montrer ses limites cette fois-ci.

Constant GBOWELE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s